Comment travailler son groove à la batterie ?

Quelles techniques pour améliorer son groove à la batterie ?

Le « groove » est un terme anglais, très utilisé dans l’univers de la musique. Par traduction française, le terme signifie « s’éclater » ou « s’amuser ». Une musique qui groove est une musique qui nous donne envie de bondir de notre chaise et de danser et bouger. Cette qualification dépend toutefois de la sensibilité de chacun, à tel ou tel rythmes. Il se peut qu’une personne soit plus attirée par une musique, tandis que d’autres préfèrent un tout autre rythme.

Pour ceux qui n’y sont pas familier, on dit qu’un batteur « groove » à partir du moment où il donne envie de bouger à tous ceux qui l’entendent. Alors comment faire pour l’améliorer et atteindre le summum ?

Mettre du relief dans son jeu de batterie

Jouer de la batterie s’apparente à la parole. Une conversation basée sur une seule et unique façon de prononcer les mots peut rapidement devenir insupportable. Il en est de même pour la batterie. Pour qu’un jeu de batterie soit intéressant, il doit être varié, tant dans les rythmes que dans les intentions du jeu.

Pour groover à la batterie, l’idéal est d’accentuer les coups placés sur les temps forts, et donc de jouer avec du relief. Pour ce faire, il est conseillé d’accentuer son charleston en croches, en jouant un coup sur deux, et placer l’accent sur le temps.

Pour y arriver, un batteur doit maitriser le dynamisme de ses frappes. Il doit savoir jouer doucement ou fort, selon la musique qu’il accompagne ou à un moment précis de la musique. Par exemple, il faut que le charleston et la grosse caisse produisent un son fort, alors que la caisse claire produise un son faible.

Toutefois, pour arriver à maitriser complètement son instrument, il convient de connaitre l’intensité de chacune de ses frappes. Pour ce faire, des exercices sont indispensables, en frappant au même endroit, avec une égale intensité, de sorte à obtenir un son toujours égal. Il faut en effet savoir frapper de manière constante chaque pièce de l’instrument, avant de pouvoir jouer sur les nuances.

Jouer sur la précision

Précision et groove vont de pair ! Il s’agit ici de la précision dans le rythme et non, de  l’endroit où taper sur l’instrument. L’impact des coups doivent être fluide et à l’emplacement prévu par la musique.

Pour y arriver, il est indispensable d’être sûr de ses coups et éviter les hésitations sur les croches. Ne perdez jamais votre rôle de musicien de vue. Un batteur assume tant ses coups que ses erreurs. Lorsqu’un batteur garde son calme et reste sûr de lui, il pourra toujours rattraper ses erreurs, sans que le public ne s’en rende compte.

Miser sur la régularité du tempo

Pour bien comprendre ce conseil, la meilleure illustration reste notre façon de marcher. Personne ne marche de manière irrégulière, à moins d’avoir des problèmes physiques. Nous faisons cela naturellement, sans prise de tête. C’est la même chose pour le jeu de batterie. Un jeu irrégulier risque de casser le rythme de la musique et donc, rendre un groove impossible.

Pour le batteur, le travail de l’horloge interne est également nécessaire. Un exercice allant dans ce sens consiste à régler un métronome à 40 bpm, qui ne joue que le premier temps de chaque mesure. Le batteur jouera ensuite le rythme de base. L’objectif est de retomber sur le métronome à chaque coup.

Opter pour la simplicité

Pour groover, la complexité n’est pas obligatoire. D’ailleurs, ce point n’apporte rien pour que ça groove. Cela n’empêche pas une musique complexe de groover. Elle sera tout simplement difficile à jouer, et donc, difficile de se concentrer sur tous les paramètres de la musique.

Savoir jouer avec les autres musiciens

Il va de soi que, malgré un jeu de batterie précis et régulier, si le batteur n’est pas synchrone avec les autres membres de son groupe, la musique ne groovera jamais. Ainsi, il est important d’écouter ses compagnons et faire en sorte d’être sur la même vibration, ensemble.

Afin d’atteindre cette harmonie dans un groupe, il existe plusieurs techniques à faire avant de commencer à jouer un morceau ensemble. La plus simple est de clapper ou frapper le tempo tous ensemble. Le groupe ne pourra commencer à jouer qu’une fois tout le monde produit un seul son de frappe parfaitement synchronisé.

Être relax et détendu durant le jeu de batterie

Le niveau de stress se ressent dans le jeu de batterie. Plus on est tendu, plus le son produit le sera aussi. Pour produire un bon groove, il faut se libérer, rester zen et être fluide. La meilleure illustration de ce point reste le mouvement de l’eau : elle contourne les obstacles qui se dressent devant elle, tout en restant fluide, pourtant, elle conserve sa force lorsqu’elle atteint son objectif.

Si un jeu de batterie est trop difficile pour vous, cela risque de créer un sentiment de stress. Pour pallier ce problème, deux solutions :

  • Soit, jouer un morceau adapté à votre niveau
  • Soit, simplifier le jeu pour pouvoir vous détendre

Équilibrer le niveau sonore plus naturellement

Groover efficacement, il est nécessaire que l’instrument soit correctement entendu ! Le son qu’il produit ne doit pas être trop fort, ni pas assez. En outre, il faut placer correctement chaque élément de la batterie.

L’idéal est d’équilibrer son niveau sonore plus naturellement, plutôt qu’avoir recours à un ingénieur de son. L’important est que ce niveau colle avec les intentions musicales du groupe.

Il faut également veiller à l’équilibre du son de la batterie elle-même. Une cymbale trop forte et une grosse caisse trop faiblarde est néfaste à l’harmonie de votre jeu et donc, à votre groove.

Les ghost notes

Les ghost notes ne sont pas des impératifs pour atteindre le groove, par ailleurs, leur aide peut s’avérer indispensable. Par définition, ce sont des notes jouées par la caisse claire et ne font généralement pas partie du rythme de base. Elles permettent de remplir les cases vides et de donner une décomposition supplémentaire au rythme de départ. Duke Ellington, en s’adressant à son guitariste Freddie Green, définit ces notes comme suit : « On ne doit pas les entendre quand tu les joues, mais si tu ne les joues pas je dois l’entendre ! ».

Leave a Reply

Your email address will not be published.