Sélectionner une page

Qu’est-ce que le picking ?

Parfois connu sous les appellations « picking » ou « fingerpicking », le picking est une technique de jeu ancienne très répandue dans le genre Blues et Country. Cette pratique exige une forte utilisation de chaque doigt des deux mains. Ainsi, une certaine habilité est exigée, non seulement pour les accords, mais également pour les grattages et les pincements.

Pour y parvenir, un parcours d’apprentissage spécifique et des séances d’entrainements régulières sont de mise. Mais avant d’y arriver, prenons le temps de nous imprégner davantage de l’histoire de ce jeu de guitare particulier, d’en connaitre les variantes les plus courantes et de respecter les plus grandes références du fingerpicking.

Une technique particulière de jeu à cordes

Le picking est né avec la création des instruments à cordes. Son apparition date du début du XXème siècle dans le sud des États-Unis, notamment en Virginie et en Caroline du sud. La technique s’est ensuite répandue dans d’autres territoires européens. Vers la fin des années 60, elle a commencé à se faire connaitre dans les régions françaises. 

À l’heure actuelle, le fingerpicking est utilisé comme technique à la base de l’apprentissage des guitaristes en herbe dans bon nombre d’établissements d’enseignement de musique à l’échelle mondiale. Ainsi, il est très rapidement devenu un outil fondamental pour pouvoir discerner les aptitudes artistiques des néophytes les plus prometteurs.

Pour le plus souvent, les sonorités harmonieuses et captivantes résultantes des exercices de picking sont les fruits d’improvisation inopinée des musiciens. Les adeptes de la pratique sont de ce fait reconnus pour une particulière agilité de leurs doigts et de leurs inspirations débordantes.

Vers de nouvelles variantes

Le picking est pour le guitariste un moyen d’expression très puissant et ultra-efficace. Grâce à cette pratique, l’instrumentiste peut s’exprimer seul en cadençant simultanément l’accompagnement et la mélodie.

Si les conservateurs de la base ancestrale continuent à éblouir les mélophiles par leur technique, la nouvelle génération préfère se lancer dans une combinaison plus artistique des doigts et du médiator ou plectre. Le but est d’apporter sa touche d’originalité et de permettre plus d’improvisation dans les compositions.

Les variantes sont nombreuses à n’en citer que le Carter Picking, également appelée « Ragtime Guitar ». Il implique exclusivement l’intervention de l’index et du pouce en jouant à la fois la basse et les accords. Tandis que le second type de picking, portant parfois la désignation « Hybrid Picking » ou encore « flat picking », exigent davantage l’utilisation des plectres ou médiator sur les guitares acoustiques.

Les pratiques les plus efficaces pour apprendre le picking

La technique de la main droite est à la base de tous les jeux de guitare nécessitant une agilité de chaque doigt de ses deux mains. Ainsi, pour les plus débutants, il faudra déjà se résigner à apprendre ce procédé avant de passer au niveau supérieur. En général, le principe de cette méthode consiste à exercer ses doigts à tout simplement jouer les notes : faire sonner les cordes.

Toutefois, il est fondamental de réaliser correctement les mouvements liés à ces exercices. Pour ce faire, il faut que ce soit les muscles de ses doigts qui jouent les notes, et non le poignet. Au fur et à mesure que les entrainements porteront des résultats tangibles au niveau de sa manière de jouer, il sera de plus en plus évident d’avoir une technique de picking plus rapide et plus précise.

Concrètement

En ce qui concerne le picking proprement dit, il est nécessaire de suivre un ordre de placement précis pour chaque doigt de ses deux mains. Ainsi, le pouce se charge de la ligne basse (Mi grave, La, Ré). L’index, le majeur et l’annulaire sont concentrés sur la mélodie. Ils se placent alors de manière respective sur la seconde, la troisième et la quatrième corde plus basse.

Et le petit doigt est généralement plus ou moins négligé dans cette technique. L’auriculaire reste très fréquemment en retrait sur la table de la guitare. Pour certains accords, il est nécessaire de faire intervenir l’ensemble de la main.

À ne pas confondre avec le « fingerstyle »

Le fingerpicking est très souvent confondu avec le fingerstyle. En effet, des désignations quelque peu similaires peuvent parfois prêter à confusion. D’ailleurs, certaines méthodes de guitare les ont déjà incorporés en un seul concept.

Pourtant, il s’agit de deux procédés bien distincts même s’ils peuvent parfois s’avérer complémentaires. Le fingerstyle évoque effectivement une méthode de jeu tandis que le picking, lui, traduit une technique bien définie.

Dans les détails, le fingerstyle est un mode de jeu comprenant un ensemble de techniques qui consistent à rendre ses doigts moins dépendants les uns des autres. Les harmonies sont composées d’alternances de basses et d’arpèges. Des techniques qui exigent un travail acharné et un entrainement très régulier.

Le répertoire le plus fréquent intègre les techniques qui suivent : le sweep-picking et le tapping, la percussion, le Pull off, l’hammer on ainsi que le plaquage d’harmoniques naturelles et artificielles.

Les références en matière de picking

De nombreux guitaristes de renom sont réputés grâce aux prouesses qu’ils arrivent à effectuer en matière de picking. Parmi les plus connus se trouvent Woody Guthrie, Joan Baez et Merle Travis.

Concernant les instrumentistes français, Jean-Félix Lalanne, Michel Haumont, Christian Laborde et Alain Giroux sont considérés comme étant de réels ambassadeurs de la technique dans l’Hexagone.

Quant à Marcel Dadi, il se distingue du lot grâce à une notoriété impressionnante auprès du public, tout particulièrement aux États-Unis. D’ailleurs, il a enregistré plusieurs albums au côté de Chet Atkins. Il devint alors la référence incontournable du picking guitare.

Enfin, ces artistes de renom ont certainement assimilé la règle d’or en matière de fingerpicking. Celle-ci se résume en une seule phrase : les erreurs ne sont impérativement pas autorisées dans la technique de picking.

Chaque note doit être impeccablement jouée, soit ressortir un son parfait. Les bruits parasites, les frisages et d’autres glissements ne sont pas tolérables. Ce qui nous incite à susciter la plus grande vigilance à tous les instrumentistes souhaitant réussir à maitriser ce niveau.